Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par education-therapeutique.over-blog.net

De l'information avant toute éducation:

Une application Iphone recense les défibrillateurs pour une meilleure localisation!

 

PARIS, 1er septembre 2010 (TICsanté) - Depuis la mise à disposition en juin d'une application pour téléphone Iphone permettant de localiser les défibrillateurs sur une carte interactive, le recensement des appareils a "explosé", a indiqué à TICsanté Ghislain Fauquet, le directeur de communication Vauban Humanis, un groupe de protection sociale à l'origine de l'outil.

"Lors du lancement du site internet 'défibrillateur de France' en juin 2009, 300 appareils étaient référencés sur l'ensemble du territoire. Aujourd'hui, ils sont près de 3.000 et, depuis la création de l'application, une centaine de nouveaux défibrillateurs sont déclarés chaque mois par les utilisateurs", précise le responsable.

L'application a été réalisée à partir du site www.defibrillateurs-en-france.com, créé par Vauban Humanis, qui inventorie et cartographie les défibrillateurs à disposition sur le territoire. La carte est contributive et actualisée en permanence par les internautes invités à déclarer les appareils librement accessibles par le grand public.

L'intérêt de l'application est de pouvoir déclarer un appareil avec son téléphone et de l'intégrer à la carte depuis le lieu où est installé le défibrillateur, grâce au système de géolocalisation de l'Iphone. Avec, à ce jour, 20.000 applications téléchargées depuis son lancement, ce sont autant de potentiels recenseurs, équipés pour déclarer un appareil dès son identification.

Une fois déclarés, les appareils sont signalés sur la carte par un coeur orange, signifiant qu'il n'a pas été validé, en opposition au coeur vert associé aux appareils dont l'emplacement a été vérifié par un administrateur du site. Celui-ci doit s'assurer, en général par téléphone, que le défibrillateur est disponible et libre d'accès, explique Ghislain Fauquet. Selon lui, le site localise actuellement 2.500 défibrillateurs validés.

L'utilité première de l'application reste bien sûr de pouvoir visualiser, en cas d'urgence, l'emplacement des défibrillateurs les plus proches grâce à la géolocalisation. En cliquant sur l'une des adresses proposées, un itinéraire est suggéré et un récapitulatif donne les détails sur le lieu et les conditions d'accès.

Alors que plusieurs plateformes de recensement des défibrillateurs ont été mises en place, notamment par des fabricants ou des distributeurs, la carte interactive de Vauban Humanis tend, par sa fonctionnalité, à sortir du lot. Un statut renforcé par le volume croissant d'appareils déclarés.

"Malgré cet engouement, nous n'avons pas pour autant vocation à en faire un outil officiel", souligne Ghislain Fauquet, qui rappelle que l'outil s'intègre dans un plan de prévention et de communication de la société. A terme, un partenariat est envisagé pour déléguer progressivement sa gestion, en s'assurant que le site ne devienne "en aucun cas un outil marketing", précise-t-il.

Si aucun lien n'a été établi avec l'association pour le recensement et la localisation des défibrillateurs (ARLoD), chargée par le ministère de la santé de recenser les défibrillateurs pour le compte des Samu/centres 15 et des services départementaux d'incendie et de secours (SDIS), une collaboration n'est pas exclue, affirme le directeur de la communication.

Contacté par TICsanté, le chef de projet d'ARLoD, Bruno Rigolot, estime qu'un partenariat est pour l'instant "prématuré, mais envisageable". Cependant, "nous ne travaillons pas sur le même terrain", ajoute-t-il. "De notre côté, nous sommes chargés par le ministère d'établir une base de données exhaustive sur les appareils disponibles sur un territoire comprenant une vérification technique pour chacun des défibrillateurs".

Quand Vauban Humanis s'orienterait essentiellement vers le grand public, ARLoD serait davantage dédiée aux professionnels des secours. "Le grand public n'est pas notre priorité" reconnaît Bruno Rigolot. "Nous pourrons nous y consacrer lorsque la mission sera remplie pour l'ensemble du territoire".

L'association doit pour le moment établir une base de données pour quatre régions pilotes qui seront désignées, en fin d'année, parmi l'Alsace, la Bourgogne, le Centre, le Nord-Pas-de-Calais, les Pays-de-la-Loire et le Languedoc-Roussillon. Le projet s'appuie sur un réseau de correspondants locaux, essentiellement des urgentistes, chargés de recenser et de vérifier les appareils.

Selon le responsable de projet, les régions Alsace et Nord-Pas-de-Calais ont une longueur d'avance dans le recensement, ce qui les place en tête pour être désignées comme régions pilotes

Commenter cet article