Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par education-therapeutique.over-blog.net

Une expérience de « coaching » téléphonique a augmenté les coûts


C'est courageux et intéressant de voir publiée une étude "négative"

 

 

 

 

LONDRES, 22 août 2013 (TICsanté) - Une expérience de "coaching" de patients souffrant de maladies chroniques par des appels téléphoniques réguliers d'une infirmière spécialisée a entraîné une augmentation des admissions aux urgences et des consultations hospitalières, et donc une élévation des coûts, contrairement à ce qui était espéré, dans une étude britannique publiée par le British Medical Journal (BMJ).
Parmi les nouveaux modes de prise en charge potentiels qui pourraient permettre de diminuer les coûts de santé, le suivi des patients par téléphone a été exploré. L'idée est d'améliorer le contrôle du traitement, de détecter plus rapidement les problèmes et d'inciter les patients à mieux surveiller leur santé. Mais si certaines études ont suggéré un bénéfice en termes de réduction des hospitalisations, cela n'était pas le cas pour d'autres, notamment pour les admissions aux urgences.

Adam Steventon du Nuffield Trust à Londres et ses collègues ont conduit une nouvelle étude dans laquelle des patients souffrant d'insuffisance cardiaque, de maladie coronaire, de diabète ou de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ont été randomisés entre un suivi régulier par téléphone ou une prise en charge usuelle. L'étude a inclus 2.698 patients.

Dans le groupe suivi, le "coaching" était réalisé par des infirmières du National Health Service (NHS) formées. Ces "managers des soins" appelaient les patients une fois par mois (voire plus en cas de maladie sévère, d'éloignement... ou moins pour certains patients après un certain temps). Elles interrogeaient les patients sur leur état, colligeaient des informations sur leurs symptômes et leurs résultats d'examens, donnaient des recommandations personnalisées, encourageaient les patients. Elles avaient ensuite des entretiens téléphoniques avec les médecins traitants.

Après un an, le suivi téléphonique des patients avait conduit à une augmentation des admissions aux urgences, qui étaient passées de 0,31 admission par patient par an avant l'étude à 0,38/patient/an, alors que dans le groupe contrôle on passait seulement de 0,29 à 0,32 admission/patient/an.

Concernant les consultations à l'hôpital, celles-ci n'étaient que légèrement augmentées (passant de 3,9 à 3,96 consultations/patient/an), mais dans le même temps dans le groupe contrôle il y a eu une baisse statistiquement significative (passant de 3,61 à 3,3 consultations/patient/an). La différence entre les deux groupes est donc notable.

En conséquence de cette augmentation de l'utilisation du système hospitalier, les coûts ont augmenté de 175 livres (203 euros) par patient, calculent les chercheurs.

Ils concluent de leur étude et d'autres travaux que "le suivi téléphonique a peu de chances d'entraîner une réduction de l'utilisation de l'hôpital, si l'on n'y ajoute pas d'autres éléments" comme par exemple une télésurveillance ou une meilleure coordination des soins.

(British Medical Journal, publication en ligne /fb

Commenter cet article